Joya no Kane

(2019)

pour piano

durée: entre 7 minutes trente secondes et 8 minutes

 

à Antoine Alerini

 

Il avait cessé de tendre l'oreille,
lorsqu'il entendit un son que,
seule, une vieille cloche patinée
par le temps pouvait produire et
qui résonnait avec toute la
puissance virtuelle de mondes
lointains.

 

Yasunari Kawabata

Tristesse et beauté

 

Cent sept coups de cloches pour terminer l'année. Un cent huitième pour la commencer. Lente litanie d'harmoniques recouvrant le temps passé de ses couleurs. Couleurs maintenant figées dans les yeux comme souvenirs. Les fermer sur l'année écoulée pour les ouvrir sur l'année à venir. Tenir le temps dans la main du pianiste pour dire ce qui s'en est allé. D'un regard, d'une ombre qui s'éloigne. L'impalpable d'une amitié, des mots échangés autour d'un thé. Ce temps sans matière, à l'encontre du présent. Juste un moment à partager et se souvenir pour toujours, au-delà des paupières abaissées.

 

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© Arnaud Desvignes, 2019