memento mori

(2014)

Cycle des Vanités

pour saxophone alto et violoncelle

éditions Note en Bulle

durée : 12 minutes

 

au Duo Denisov

 

création par le saxophoniste Carl-Emmanuel Fisbach et la violoncelliste Marie Ythier le samedi 10 octobre 2015 à la Scots Kirk à Paris

 

 

Tout commence par deux sons superposés. Puis, inexorablement, tout s'amplifie. Jusqu'à la surenchère extrême qui tend à saper les fondements-mêmes de la pièce : ou comment, partant d'un dialogue chromatique et d'une tension palpable, on en arrive à des éructations sous la forme de montées spectrales répétées et vaines. Car il s'agit bien ici de montrer la vanité permanente qui motive l'action musicale tout aussi bien que l'action humaine à l'oeuvre dans cette pièce. Alternant passages tendus, horizontaux, poussant vers le suivant, et passages débridés où se révèle toute la violence vaine naissant des précédents, memento mori se veut la représentation des folies humaines en prise avec toujours les mêmes désirs de  pouvoir, de domination des uns sur les autres.

 

Dialogue permanent entre saxophone et violoncelle, l'un étant toujours à la suite de l'autre, et inversement, la pièce est aussi la tentative de fondre les timbres l'un dans l'autre, comme si l'un murmurait à l'oreille de l'autre, à l'instar de l'esclave au général entrant triomphant dans Rome: souviens-toi que tu vas mourir... Cette pièce est une vanité au sens où l'entendaient les peintres du XVIIème siècle, portant en elle les symboles et les  thèmes anciens de la mort et les tentatives, souvent désespérées, de contrer le destin.

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© Arnaud Desvignes, 2019