nier l'eau du nerf

(2018)

pour soprano, flûte(s), clarinette(s), piano, violon et violoncelle

durée : 24 minutes

 

sur un poème d'Antoine Bargel

 

 

Comme un hommage au Pierrot lunaire d'Arnold Schönberg, nier l'eau du nerf emprunte la même forme de 21 petites pièces réparties en trois parties de taille égale. La même formation instrumentale également. Et Antoine Bargel écrivit le poème spécialement pour l'occasion, poème que la musique essaye de servir au mieux, en lui rendant toute son intensité.

 

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© Arnaud Desvignes, 2019