les toits vers l'Est

(2018)

pour clarinette en si bémol et piano

durée : 7 minutes et 20 secondes

 

à Nikolaï Ageïev - en hommage à Nicolas de Staël

 

Par la fenêtre où le regard s'éloigne au-dessus des immeubles. Façades,
tranches, immeubles amoncelés, pointe d'église surgie, entre lesquels
des arbres, des ombres, se côtoient, se recouvrent et s'enchevêtrent.
Jusqu'aux toits applatis. Grues dépassant et mouvement dans la masse.
Tout cet amas qui s'étire au ciel. Parfois pluie battant les structures,
parfois soleil du soir enflammant les vitres en reflet. Parfois la neige
dansant. Et surtout l'immense altitude du ciel dans le vide de son bleu
ou dans le dessin des nuages qui, le matin, s'effilochent entre éclat et
rose-orange, qui, la journée, perdent le regard en orient, qui, le soir,
sombrent dans la nuit déjà noire.

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© Arnaud Desvignes, 2019